21septembre2017

FRIENDS

Résumé du CV des enseignants

Dr. José Miguel SANCHEZ PEREZ
Directeur de Recherche, CNRS, France
Jose Miguel Sánchez-Pérez est docteur en hydrogéochimie (1992) de l’Université de Strasbourg (France), après un Master en Géologie (1985) de l’Université du Pays Basque en Espagne. Il est actuellement directeur de recherche à ECOLAB, Laboratoire (CNRS - Université Paul Sabatier - Institut National Polytechnique de Toulouse) de bio-géochimie et fonctionnement des zones tampons.
José Miguel Sánchez-Pérez étudie les transports de polluants dans le système hydrologique, en utilisant des données de terrain et la modélisation. Il est spécialiste du fonctionnement des zones humides, ripicoles et des eaux souterraines, s’intéressant plus particulièrement à la modélisation des transport de polluants à l’échelle du bassin, afin de prédire comment les fonctions de l’écosystème vont changer sous divers scenarios de changement climatique.

Dr. Sabine SAUVAGE
Ingénieure de Recherche, CNRS, France
Sabine Siméoni-Sauvage  a fait sa thèse à l’Institut National Polytechnique de Toulouse, FRANCE. Elle est actuellement Ingénieure de Recherche au CNRS, à l’INEE (Institut National de l’Ecologie et de l’Environnement), en poste au labo ECOLAB de l’Université de Toulouse, où elle travaille sur la modélisation des transferts de contaminants dans les systèmes hydrologiques fluviaux, depuis 16 ans.
Ses recherches portent en particulier sur l’adaptation  et le développement de modèles qui décrivent les interactions biophysiques entre les cours d’eau, la biologie et les processus chimiques impliqués dans les transferts d’éléments biogéniques et les contaminants à différentes échelles spatio temporelles. Plus spécifiquement, elle cherche à intégrer la modélisation dans les zones d’interfaces (terre/eau ; sédiment/eau) et certaines zones tampons (comme els zones humides) dans la dynamique de transferts d’éléments à grande échelle.

Dr. Didier ORANGE
Directeur de Recherche, IRD, France
Didier Orange, eco-hydrolog ue,  a fait sa thèse en hydrogéochimie (1990) à l’Université de Strasbourg après un Master d’ingénioeur en hydrogéologie à l’Université d’Orléans (1985)  (France). Il est actuellement en poste au labo Eco&Sols (IRD/CIRAD/INRA/SupAgro, Montpellier), labo de recherche sur le fonctionnement écologique des sols et des agrosystèmes.
Didier Orange étudie la formation du ruissellement en lien sous des scenarios de changements d’usage et de couverture des sols, en vue de promouvoir la modélisation comme un outil de gestion intégrée des ressources en eau et en sol. Il s’intéresse en particulier à l’impact des paysages, du climat , des pratiques agricoles et des stratégies des agriculteurs sur le bilan de l’eau, l’érosion et les flux géochimiques des cours d’eau.